Trek au Ladakh l’autre Tibet au nord de l’inde

Méconnu, le Trek au Ladakh vous offrira un eexpérience rare

Situé dans l’extrême nord de l’Inde et souvent désigné comme
« le petit Tibet », le Ladakh offre une ambiance toute particulière
au coeur de la chaîne himalayenne. Petit tour d’horizon pour se donner envie d’un Trek au Nord de l’Inde

Coupée du monde presque huit mois par an, la « terre des hauts cols » présente tour à tour de hauts plateaux désertiques et des canyons, de nombreux pics enneigés et des vallées enclavées. Territoire aride, traversé par de longs fleuves et ponctué de grands lacs, mais dénué d’immenses pics glaciaires, le Ladakh peut difficilement être comparé au Népal, peut-être à la région du Mustang…

Monastere Namgyal Tsemo Gompa
Monastere Namgyal Tsemo Gompa crédit image Odyssée Montagne

Dans cet environnement très minéral se distinguent des dizaines de monastères bouddhiques, accrochés à flanc de paroi. Toujours occupés par des moines, ils composent un décor singulier : « On se croirait au Tibet, mais avant l’invasion chinoise ! » confie Marie, chef de produit chez Allibert Trekking. Et s’il fallait ne retenir que quelques sites emblématiques parmi la multitude d’itinéraires de treks qui sillonnent le Ladakh ? « Ce serait sans doute la vallée de l’Indus, les lacs Tso Kar et Tso Moriri, la vallée de Markha et celle du Spiti, et bien sûr le Zanskar… »

Axe majeur de la région, la vallée de l’Indus, idéale pour les randonnées d’acclimatation, rassemble le plus grand nombre de monastères, dont les plus anciens et les plus vénérés du Ladakh. Ici, plus qu’ailleurs, on marche sous les drapeaux tibétains…

Lac Tso Moriri au Ladakh
Lac Tso Moriri au Ladakh crédit image Allibert Trekking

À ne pas manquer, non plus, deux magnifiques lacs d’altitude: le Tso Kar, le « lac blanc », dont l’étendue bleue cernée d’une écume de sel tranche avec le décor minéral alentour, et où l’on peut observer de nombreuses espèces d’oiseaux ; l’immense lac Tso Moriri, lui, forme une véritable mer intérieure aux reflets changeants passant du gris au turquoise. Tandis qu’au-delà des collines aux allures de pains de sucre ocre et bruns, le panorama s’étend sur les sommets glaciaires.

Pour découvrir d’autres paysages, deux vallées assez différentes méritent que l’on s’y aventure. La vallée de Markha, globalement désertique, allie des flancs arides et un fond de vallée verdoyant. On y marche d’oasis en oasis…

Quant à la vallée du Spiti, dernière frontière avant le Tibet, elle a des airs de « bout du monde ». On retrouve là encore des monastères perchés et des chapelets de villages qui créent des occasions de rencontres avec les Ladakhis. Enfin, pour avoir un aperçu assez complet. de l’Inde himalayenne, le Zanskar voisin appartient en réalité au Ladakh, N.D.L.R.). décline des paysages grandioses et quasi lunaires qu’il serait dommage de ne pas admirer en faisant quelques pas de plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez2